Shigeru Miyamoto était heureux d’annoncer l’arrivée de Super Mario Run sur mobile en septembre dernier. Depuis, certains doutes ont surgi notamment sur le prix assez onéreux de 9.99€ pour avoir droit à la version complète. La presse était conviée à une première prise en main ce lundi 5 décembre 2016, en résultent nos premières impressions sur le jeu de Nintendo.

C’est le 15 décembre 2016 que débarquera en exclusivité chez Apple le premier jeu Mario sobrement intitulé Super Mario Run, la version Android n’étant pas encore datée. Précisons également d’emblée qu’il ne sera compatible qu’à partir des versions iOS 8.0 minimum et que la version complète coûtera la coquette somme de… 9.99€. Peut-on s’épanouir sur la version free-to-play ? Dépenser presque 10 euros vaut-il le coup ? Et surtout, le premier jeu Mario sur smartphone est-il de qualité ? Nous y répondrons à travers nos premières impressions sur Super Mario Run ci-dessous.

La version gratuite de Super Mario Run

super mario runEn premier lieu, nous nous sommes lancés dans la version gratuite de Super Mario Run. En 5-10 minutes, nous en avions fait le tour, elle porte vraiment bien son nom de « version d’essai ». Dans le mode de jeu Tour des mondes, elle ne vous permet que d’avoir accès aux trois premiers niveaux et 20 secondes du quatrième et ultime niveau du 1er monde. Soyons clairs, il est impossible de finir le niveau en 20 secondes. Une fois ces 20 secondes écoulées, on vous propose d’acquérir la version complète pour 9€99.

Le Tour des mondes de Super Mario Run se compose de 6 mondes comportant chacun 4 niveaux. Il existe donc 24 niveaux accessibles dans le jeu, dont trois gratuits. A côté de cela, nous avons droit aux défis Toad qui permettent de jouer contre des amis ou des joueurs du monde entier. Il s’agit d’une course contre vos amis et le gagnant sera déterminé selon votre avancée mais aussi votre collecte de pièces et votre sans-faute en terme de sauts et d’écrasement d’ennemis. Un mode de jeu plutôt sympa qui représente l’aspect compétitif du jeu et qui est disponible même dans la version gratuite du jeu. Vous pourrez ainsi inviter vos amis Facebook et vos followers sur Twitter à vous rejoindre dans une partie.

super mario runEnfin, Nintendo mise une nouvelle fois sur le joueur pour personnaliser son espace de jeu personnel. Dans Super Mario Run, le joueur pourra ainsi se diriger dans son Royaume pour y disposer des éléments de son choix selon ses envies. Le château de Peach comptait sur un joli jardin mais c’était avant le passage de Bowser qui l’a réduit à néant. Désormais, c’est plus un caniveau qu’un jardin et c’est à vous de le construire au fil des heures. Chaque joueur fera preuve d’imagination pour placer où il le souhaite des décorations et en faire son espace personnel, à son image. C’est aussi par ce moyen que le soft rallonge sa durée de vie. On sait qu’une partie du public aime bien organiser un espace, ce qui participe au succès de jeux mobiles ou d’autres jeux Nintendo. Néanmoins, sur les possibilités de personnalisation que nous avons pu voir, on s’est assez rapidement rendu compte que c’était plutôt limité. Mais on compte sur Nintendo pour ajouter du contenu post-sortie comme ils ont pu le faire avec Miitomo.

Les avantages de la version complète

Comme bien d’autres versions d’essai, celle de Super Mario Run se montre rapidement limitée. La progression du joueur se retrouve très vite stoppée et l’intérêt du soft s’en trouve amoindri. Certes, vous pouvez enchaîner les parties entre amis et contre des fantômes du net mais cela ne vous fait glaner aucune pièce, Nintendo souhaitant limiter les triches et trucages. Vous ne pouvez donc développer votre royaume assez vite et l’expérience de jeu en deviendra frustrante, ce qui demeure exactement la sensation recherchée par un développeur quand il veut vous faire passer par la case achat.

super mario runDe ce fait, en accédant à la version complète de Super Mario Run pour la somme de 9.99€, vous tirez pleinement profit du jeu. Vous aurez donc accès aux 24 niveaux du jeu de base, vous bénéficierez de tickets qui permettent de se lancer dans d’autres activités. Chaque fois que vous terminez un monde, vous obtenez 10 tickets supplémentaires et comme il est impossible de finir un monde dans la version d’essai… Vous devinez donc qu’il serait plus malin d’acheter le jeu pour obtenir les tickets et le plus de pièces possibles sans sentiment de frustration. Super Mario Run est alimenté par trois systèmes « monétaires » : les tickets, les pièces et les Toad et chacun vous permet d’avoir accès à du contenu. Quelques minis-jeux seront d’ailleurs de la partie et vous permettront de collecter des pièces dans un temps imparti. Dans celui illustré par l’image ci-dessus, l’enjeu était de tout ramasser sans se faire toucher par une boule de feu qui sort du tuyau.

Pour être honnête, la version d’essai n’a que trop peu d’intérêt et ne fera office que de tentation pour le joueur. Et Nintendo devrait réussir son coup car une fois que vous aurez découvert le jeu, vous devriez être entraîné dans la magie de Mario, en vouloir plus et faire partie de ceux qui profitent du jeu pleinement. Si le prix paraît un peu trop élevé à notre goût, l’expérience de jeu s’est avérée plutôt positive.

Un jeu Mario à part entière et bien pensé

Le reproche que l’on ne pourra pas faire à Nintendo, c’est celui d’avoir bâclé son jeu mobile Mario et de ne compter que sur sa popularité pour se vendre. Super Mario Run est un vrai jeu et il vaut le détour. En terme de level design, il a réellement été bien travaillé, idem pour les mécaniques de jeu. Beaucoup craignaient de ne voir qu’un runner comme Temple Run quand ils ont entendu son nom mais il s’inscrit vraiment dans la lignée de la licence, dans le même esprit.

Super Mario RunAinsi, nous avons encore droit à des niveaux horizontaux dans lesquels les obstacles seront à éviter si l’on veut progresser, dans lesquels le timing est toujours aussi important. La différence majeure avec les autres jeux Super Mario Bros concerne le rythme du jeu et les déplacements du plombier. Dans Super Mario Run, Mario est forcé d’avancer et la récolte des pièces ne sera pas évidente. Parfois, vous devrez faire des choix sur la direction à prendre, parfois des pièces se situent en bas, d’autres fois plus en haut. Néanmoins, il existe différentes façons de revenir en arrière ou de s’arrêter, ce qui donne également son identité au premier Mario sur mobile. Ainsi, les fameuses briques qui sont si familières à l’univers de la franchise accueillent de nouveaux effets. Par exemple, certaines permettront à Mario de faire un saut en arrière et reculer à une certaine distance par le biais d’un mouvement rapide. D’autres feront stopper net le plombier, le temps de vous décider si vous partez plutôt vers une direction ou une autre. A savoir que certains murs pourront aussi vous aider à faire quelques déplacements opposés.

Autre nouveauté, la gestion des pièces lorsque nous progressons dans le niveau. En effet, il était coutume dans les précédents volets de la licence qu’elles soient bien visibles à l’écran et nous permettent d’anticiper nos mouvements. Ici, ce ne sera pas toujours le cas et cela procure au soft son côté imprévisible. Il se peut qu’en avançant dans le niveau, certaines pièces surgissent à un endroit bien précis, forçant le joueur à se montrer très réactif et à bousculer ses plans initiaux. Ainsi, la prise de risque est considérable si l’on veut tout collecter puisqu’en changeant brusquement les déplacements de Mario, il devient plus difficile d’anticiper les obstacles suivants et donc de les éviter.

Si vous excellez à obtenir les pièces Roses et autres, il se pourrait bien que vous obteniez les différentes étoiles en récompense. C’est aussi un des aspects que Nintendo a gardé pour Super Mario Run, il sera beaucoup question de scoring et de challenge. Vu que les niveaux sont pas si nombreux, vous pourriez recommencer encore et encore afin de parfaire votre connaissance du level jusqu’à savoir par coeur où se situe chaque élément. Nintendo a misé sur les niveaux horizontaux mais a également pensé à la conception verticale de niveaux, ce qui rafraîchit le soft et l’empêche d’être trop monotone.

En guise de conclusion, on gardera nos doutes concernant le contenu pour lequel 9.99€ paraît bien onéreux, notamment pour le support mobile. Mais en soi, ce Super Mario Run constitue un vrai jeu, unique, avec sa propre identité, un level design de qualité et des fonctionnalités bien spécifiques. Il garde l’esprit Mario qui plaira aux fans de la licence, devrait créer cette addiction qui permet aux jeux mobiles de survivre avec un aspect compétitif plutôt intéressant et un éditeur de Royaume qui a le potentiel pour rallonger la durée de vie du jeu. L’enjeu pour Nintendo sera désormais de mettre à jour continuellement son jeu avec du contenu afin de ne pas lasser les joueurs qui pourront s’y atteler dès le 15 décembre sur iPhone et iPad et le plus tôt sera le mieux pour les joueurs Android.