Le portage des jeux sur la génération suivante n’est pas une nouveauté dans l’industrie. Avec la fin de l’année, Warner Bros a choisi d’assurer ses bénéfices en sortant Batman Return to Arkham, la collection HD regroupant les deux premiers volets des aventures du Chevalier Noir, imaginées par Rocksteady. Alors, ce Return to Arkham, véritable pépite ou simple manœuvre opportuniste ? Découvrez-le dans notre test.

Batman Return to ArkhamFiche technique

Plateforme : PS4, Xbox One

Développeur : Virtuos

Éditeur : Warner Bros

Type de jeu : Action/Infiltration

Date de sortie : 20 octobre 2016

Prix : 49,99 €

Test réalisé à partir d’une version Xbox One fournie par l’éditeur.

C’est deux fous dans un asile…

En 2009, Rocksteady sortait Batman Arkham Asylum, le premier épisode d’une saga qui aura bouleversé beaucoup de joueurs. Grâce à un gameplay riche, nous offrant la sensation d’être Batman, le Chevalier Noir, mais aussi grâce à un scénario écrit par Paul Dini, connu pour avoir écrit les épisodes de la série animée, ce jeu est rapidement devenu un classique du jeu vidéo. Deux ans plus tard, un nouvel épisode vient une nouvelle fois bouleverser les joueurs en leur offrant une liberté d’action totale dans une ville en proie au chaos : Batman Arkham City. Warner Bros a donc compris que cette licence avait du potentiel et décide de l’utiliser à son maximum en tentant d’en faire une licence annuelle, comme Assassin’s Creed ou Call of Duty chez la concurrence, avec l’épisode Batman Arkham Origins, développé par Warner Bros Montréal. Malheureusement, l’accueil des joueurs fut plutôt moyen pour ce titre, que beaucoup trouvait trop proche de l’épisode précédent, sans apporter de nouveauté. Rocksteady revient donc avec un ultime épisode devant boucler la trilogie Arkham, qui fut un succès, de part un gameplay toujours aussi bon, mais avec l’arrivée de la Batmobile. Mais encore une fois, Warner n’a pas envie de lâcher la licence et plutôt que de développer un nouvel épisode en risquant de s’attirer les foudres des fans, l’entreprise décide de sortir une collection HD de ses deux premiers volets : Batman Return to Arkham.

Le portage du jeu se fait donc sur Xbox One et PS4 par Virtuos, des développeurs qui sont passés maîtres dans l’art du portage, puisqu’ils se sont occupés de plusieurs jeux comme Heavy Rain HD ou Final Fantasy X et X-2 HD. Ils ont déjà travaillé avec Warner Bros, notamment sur le portage d’Injustice sur mobile, mais c’est la première fois qu’ils se frottent à un jeu Xbox One pour un portage. Alors, ce portage est-il réussi et surtout, vaut-il que vous repassiez à la caisse pour l’acquérir ? Réponse dans ce test.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

The Dark Knight Returns

Inutile d’y aller par quatre chemins :  le jeu vous proposera de découvrir ou de redécouvrir les deux jeux développés par Rocksteady, accompagnés de tous leurs DLC, ni plus, ni moins. L’expérience de jeu est toujours aussi agréable et l’impression de puissance face à trois brutes armées reste jouissive, tout comme la sensation de puissance lorsque nous arrivons dans le dos d’un ennemi armé et lorsque ses alliés découvrent son corps inconscient sur le sol pour se mettre à courir dans tous les sens, apeurés par la présence du Batman. Les combats de boss sont toujours l’occasion de mettre vos talents de combattants à l’épreuve, pour résister aux assauts, mais aussi pour chercher le point faible de l’adversaire. Le scénario est toujours aussi bon, faisant apparaître plusieurs personnages du comics pour le plus grand bonheur des fans de Batman, mais sans sombrer dans la surenchère. Ainsi, si vous avez déjà joué aux deux jeux, ainsi qu’à leurs DLC car vous êtes un fan inconditionnel de la Chauve-Souris, inutile de vous attarder sur le titre, cependant, si vous faites parti des rares qui n’ont pas expérimenté la sensation d’être Batman, ou si vous voulez à tout prix redécouvrir le jeu avec des graphismes en haute définition, vous pouvez vous lancer dans l’aventure Return to Arkham.

Encore une fois, le jeu est très bon, avec un scénario génial et un gameplay tout aussi maîtrisé, l’intérêt de ce portage consiste donc en l’aspect graphique du jeu, le point fort de Virtuos. Ainsi, dès le début, nous pouvons remarquer l’amélioration des textures utilisée sur ce titre ainsi qu’un très bon niveau de détails. Beaucoup de travail a été fait sur les modèles 3D et les effets d’éclairage, rendant le jeu plus beau. On ressent une réelle différence avec le jeu sorti sur les générations précédentes, malgré tout on perd de la direction artistique de Rocksteady avec un univers moins sombre, qui jouait justement avec cette absence d’éclairage.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je suis BATMAN !

Malheureusement, l’amélioration graphique vient quelque peu gêner la fluidité du jeu. Certes, le jeu est plus beau qu’avant, mais cela devient problématique quand des mouvements de caméra trop violents viennent faire chuter le framerate, cassant quelque peu le dynamisme des combats. Cela se ressent en plein combat contre une multitude d’ennemis ou en extérieur, lorsqu’on se déplace dans la ville et que le jeu affiche les bâtiments fourmillant de détails. Cependant l’expérience est tout de même plus agréable que sur les consoles précédentes, la preuve en passant une porte, le jeu ne se met pas à charger et à stopper net, ce qui est un très bon point.

L’ambiance sonore est toujours aussi bonne et les musiques toujours aussi épiques. L’impression d’être dans un épisode de la série animée ne nous quitte pas et il faut reconnaître que les voix françaises sont toujours aussi bonnes, bien travaillées, mais on regrettera les voix originales qui ont le luxe d’avoir Mark Hamill lui-même pour doubler le Joker, comme dans la fameuse série animée.

En terme de contenu, tous les DLC sont disponibles dans ce jeu, que vous vouliez incarner Catwoman ou Robin pour affronter Harley Quinn, vous serez servi. Cependant, pas d’épisode d’Arkham Origins sur les consoles nouvelle génération en perspective, comme si Warner ne voulait plus entendre parler de cet épisode. Ainsi, le jeu est à conseiller aux fans inconditionnels de l’univers de Batman qui n’auraient pas joué aux épisodes sur les consoles précédentes, s’il y en a. A conseiller aussi à ceux qui n’aurait pas joué à ces deux bijoux du jeu vidéo qui ont apporté des nouveautés dans le domaine des jeux d’action et qui reste encore aujourd’hui une référence pour beaucoup de jeux comme Mad Max ou Shadow of Mordor. Découvrir la version imaginée par Rocksteady des plus grands vilains de Batman reste agréable et le travail réalisé sur la caractérisation des personnages reste respectueux de l’univers des comics. En tout, comptez une quarantaine d’heure pour venir à bout des deux jeux et de tous les DLC, de quoi vous occuper un petit moment.

Ce diaporama nécessite JavaScript.