Voilà deux ans que les suédois de chez Ghost Games ont repris le flambeau de la série Need For Speed d’Electronique Arts. Cette année, la franchise fête son 23ème anniversaire et le célèbre avec la sortie d’un nouvel opus intitulé Need For Speed Payback.

C’est lors de la GamesCom 2017 que nous avions pu essayer brièvement ce nouveau jeu et les premières impressions étaient plutôt bonnes. Maintenant que nous pouvons tester la version finale, nous allons savoir ce qu’elle a sous le capot.

La vengeance de Tyler Morgan

L’histoire de Need For Speed Payback prend place dans la région de Fortune Valley, ville aux allures de Las Vegas. Une map assez large, faite de déserts et autres canyons typiques américain.

Dans cette histoire, vous allez interagir auprès de 3 personnages. Tout d’abord le héros, Tyler Morgan avec sa Nissan Skyline GTR V-SPEC qui à soif de vengeance envers le clan qui règne sur la ville pour lequel il était autrefois pilote. Jessica Miller est une as de la fuite au volant de sa flamboyante BMW M5 et enfin Sean McAlister alias “Mac” le roi du drift avec sa Chevy bel air. Des personnages sympathiques mais très stéréotypés et sans réel charisme. Tyler cherche a redorer son blason de meilleur pilote de la ville tout en voulant faire tomber la mafia du jeu ayant la main mise sur Fortune Valley et que l’on surnomme “Le Clan”. Chacun des pilotes possède sa propre spécialité de conduite, tout comme les différents bolides que compte Need For Speed Payback. Il en existe 5 au total: Course, Off Road, Drift, Drag Race et Fuite (ce dernier est surtout réservé pour les courses poursuites avec la police). A chacune des catégories son concessionnaire et bien entendu tous les véhicules sont personnalisables. Afin de pouvoir tuner votre voiture, vous devrez récupérer des speedcard servant à différentes améliorations (des turbos, moteurs, freins par exemple). Les speedcards vous sont délivrées aléatoirement à chaque victoire de courses mais vous avez la possibilité d’en acheter avec la monnaie du jeu dans les différentes boutiques réparties sur la map. Notez que les boutiques de tuning changent leur stock toutes les 30 minutes. Votre voiture comprend jusqu’à 6 slots de speedcard. A vous de les assembler intelligemment en essayant d’assimiler la même marque de speedcard ou la même catégorie afin d’obtenir des bonus de famille.

Des développeurs en manque d’idées?

Need For Speed Payback compte de nombreuses missions et d’événements variés. Cependant on se rend compte très vite que Ghost Games a tout simplement pioché ses idées dans ce qui se fait chez les autres concurrents. Les courses Off Road sont grandements inspirées de ce qui se fait dans Forza, les cinématiques de crashs sont celles que l’on retrouve sur la franchise Burnout et les missions pour retrouver des épaves nous rappelle ce qui est déjà fait par The Crew de chez Ubisoft. Un manque d’ambition (ou tout simplement d’inspiration?) qui n’aide pas à faire renaitre la petite étincelle qui rendait les NFS à part.

Un monde ouvert assez restrictif

Need For Speed Payback tentait de s’éloigner des traditionnelles courses illégales de rue pour adopter une expérience de jeux plus optimisée sur l’action. Pourtant le coeur du gameplay reste axé sur la course de rue et les quelques courses poursuites que vous serez amené à faire ressemblent plus à une simple étape qu’une vraie mission. En effet, pour s’en échapper il suffit de passer des checkpoints sur une route prédéfinie dans un laps de temps imparti. De plus aucune patrouille ne circule en mode libre. Si vous voulez de la course poursuite c’est simple, vous devrez enchainer les missions. Pour le côté action que souhaitait avoir le jeu, c’est raté. Autre point négatif hors mission, vous ne pouvez pas vous adonner à traverser les montagnes sans que le jeu vous remette systématiquement sur le bitume. Un sentiment de frustration qui vient entraver la liberté du joueur.

Du drift en veux-tu en voilà

Malgré des points négatifs, relevons les aspects positifs de Need For Speed Payback, tel que la bande son très orientée Rock N Roll. Les crépitements des pots d’échappement sont un véritable régale pour les oreilles et la petite fonctionnalité pour éteindre la voiture en actionnant l’analogique gauche est sympathique. Si vous êtes un amoureux du Drift, alors le jeu vous plaira sans aucun doute. Même si le côté arcade empêche de bien sentir la voiture basculer lors des virages, les amoureux du genre sauront prendre plaisir à enchainer les dérapages. Le large choix de véhicules est apprécié, en allant de la Camaro SS en passant par la Pagani huayra ou encore une splendide 911 GT3 RS dont les amélioration tuning sont très vastes.

Epave es-tu là?

Les developpeurs ont également souhaité rendre hommage à l’une des passions les plus emblématique de la culture américaine: la restauration de voitures. Vous aurez plaisir à dénicher des épaves parsemées ici et là au sein de la map afin de retaper une voiture à partir d’une simple épave rouillée abandonnée au milieu de nul part.Ainsi vous avez la possibilité de faire un véritable bolide qui correspond à votre image. Une fois une épave acquise (le châssis), il vous faudra trouver les autres parties manquantes afin de remettre sur roue votre nouvelle auto. Les 4 autres parties à trouver sont généralement très bien cachées et vous devrez bien souvent devoir emprunter un jump pour pouvoir y accéder, car il n’y a pas de route directe pour atteindre sa position, ce passage reste amusant tout comme les nombreux panneaux publicitaires qu’il est possible de détruire au volant de son fidèle destroyer.

Micro transactions toujours le fer de lance d’EA

Pas d’échappatoire encore une fois pour un jeu estampillé EA, Need For Speed Payback ne déroge pas à la règle d’or du géant américain. Les micro transactions sont toujours là avec un système de lootbox. C’est probablement dans cette optique que Ghost Game à revu son système d’amélioration de voiture. Les micro-transactions donnent accès à des pièces cosmétiques, mais aussi à de l’argent, bien pratique pour mettre enfin la main sur une pièce détachée qui vous manquait. Car certaines de ces pièces détachées sont parfois bien difficiles à obtenir.