Pro Evolution Soccer 2018, la lutte pour le trône !

La victoire au bout du tunnel pour Konami?

Comme chaque année Septembre rime avec rentrée mais aussi avec le retour de la Ligue des Champions et on s’approche du but, Septembre annonce la sortie de nos Blockbusters de Football favoris. Le premier à rentrer dans les « grandes »surfaces et à frapper au but est Pro Evolution Soccer 2018. Et comme chaque année les mêmes questions resurgissent: quelle évolution pour le gameplay? quelles nouvelles licences? Le jeu sera-t-il au dessus de la féroce concurrence que représente Fifa? C’est donc à tout cela que nous allons essayer de répondre au cours de ce test.

Dès le lancement du jeu sur la console, notre premier réflexe est de vérifier les équipes présentes et il est vrai que nous avons l’embarras du choix, à commencer par les ligues principales telles que la Premier League, la Série A, la Liga et notre bonne Ligue 1 Conforama. De très nombreuses ligues et sous divisions sont présentes telles que le championship, la ligue 2 dominos, mais également bon nombre d’équipes des championnats Sud Américains(Argentine, Brésil)  et Asiatiques. La où Pro Evolution Soccer 2018 pêche c’est par le manque de licences officielles concernant les grands championnats, en effet en Angleterre où Konami ne bénéficie pas de la licence Premier League  seuls Arsenal, Liverpool et Fulham disposent de licences officielles, le reste des équipes est présent avec des effectifs officiels complets mais le nom des équipes sont différents. De même pour L’Espagne ou seuls L’atletico Madrid, Barcelone et Valence ont les mêmes privilèges de licences. La ligue Allemande est la plus touchée puisque seuls le Borussia Dortmund, Schalke 04 et le RB Leipzig sont présents, au contraire du Bayern Munich qui n’est pas présent dans le jeu.

Du choix nous en avons aussi sur les stades disponibles puisque nous retrouvons ceux des principales équipes sous licences soit une trentaine de stades, et pour certains tels que le Signal Iduna Park (Borussia Dortmund) et Anfield Road ( Liverpool) totalement modélisés jusqu’aux couloirs pour nous imprégner encore plus de l’ambiance magique de ces lieux mythiques.

Au delà du nombre d’équipes présentes, le point fort du jeu est la présence de la Ligue des Champions, et quel plaisir d’entendre son hymne retentir sur nos écrans pour débuter un bon match. La ligue Europa et la ligue des champions Asiatiques sont aussi présentes.

Les nations n’ont pas à rougir avec un énorme choix de sections mondiales.

Les transferts sont disponibles en effectuant directement la première mise à jour disponible.

Maintenant la revue des équipes effectuée, penchons nous sur les menus où l’ambiance simple mais efficace est bonne et où le choix et la variété des musiques ne nuit pas à nos oreilles. Nous retrouvons les modes de jeux habituels et la grande nouveauté et point fort de ce Pro Evolution Soccer 2018 le mode coopération 2vs 2 et 3vs3.

Règlements de comptes en prévisions

Voici la future révolution de vos soirées foot entre potes, le mode coopération 2vs2 et 3vs3, en effet plus personnes ne pourra se cacher, les statistiques complètes de chaque joueur seront exposées au reste des joueurs et ainsi mettre en évidence celui qui à rater toutes ses passes mais continue de critiquer le jeu du reste de l’équipe, celui qui a raté 12 actions pour mettre un seul but et tenter de se faire passer pour un goléador, les statistiques défensives sont aussi visibles alors personne ne devra resté caché en attaque sous peine d’être démasqué par ses coéquipiers.        On trouve aussi le mode match aléatoire qui fera toujours son effet avec vos amis pour pimenter vos affrontements.

SHOWTIME

Le gameplay de Pro Evolution Soccer était déjà plutôt bon l’année dernière et il augmente encore son niveau de jeu. Ce qui ressort sur les premières touches de balle c’est la qualité des contrôles, la protection de balle sur les duels qui va inciter à trouver un point d’appui dans jeu ou encore de redoubler les passes. La gestion des contacts est également bien meilleure. Pour les puristes: que du bon et du beau jeu. Le fait de construire réellement ses actions sans non plus perdre de rythme et conserver le coté spectaculaire du football champagne. Les gestes techniques s’immiscent dans votre jeu de façon fluide et efficace le plus souvent, avec des talonnades, et retournés acrobatiques. Dans cette masterclass de construction le nombre de frappes de 30 mètres qui rentraient plutôt souvent dans l’ancien opus a été revu à la baisse pour augmenter le réalisme. Les coups de pied arrêtés ont aussi leur modification avec la disparition de la ligne virtuelle et il vous faudra les réaliser à l’instinct. (ou vous entraîner bien sur)

Sécurité ou pas…

Du coté des joueurs si graphiquement la modélisation est encore sublime, de nouvelles animations font leur apparition et celles qui sont les plus marquantes concernent les gardiens de but. La qualité de leur animation, la dynamique des mouvements sur les parades, les arrêts réflexes toute une panoplie qui les rend bien plus décisifs que ce soit sur les frappes ou bien dans les duels. Si ils nous rassurent sur leur ligne, c’est en s’éloignant de cette dernière que les frayeurs peuvent apparaître, en effet sur certaines sorties ils font preuve d’errances qui peuvent déstabiliser, ou encore sur certains ballons qui peuvent paraitre anodins le gardien va le laisser rebondir et ainsi risquer de se mettre en danger sans raison. Mais ces dernières situations restent rares et ne viendront pas retirer le fait que les gardiens sont d’un niveau extrêmement satisfaisant.

Darren du Silence

Au fur et à mesure de votre avancée dans le jeu et de l’enchainement de vos matchs, un point va très vite retenir votre attention ou vous user psychologiquement. Les commentaires de Grégoire Margotton et Darren Tullet sont tellement répétitifs et leur phrases fétiches qui ne doivent faire rire qu’eux mêmes vont très vite vous donner envie de jouer sans commentaires. Ou bien de découvrir les commentaires dans d’autres langues, ce qui peut d’ailleurs devenir une bonne expérience lorsque vous jouez de gros derbys étranger, quoi de mieux qu’un Classico en Espagnol ou bien les derbys de Londres en Anglais pour vivre pleinement l’expérience