Cette semaine, nous étions conviés par Konami pour venir tester en exclusivité le tout nouveau PES 2018 avec au programme du jeu manette en main mais également une présentation du jeu par Adam Bhatti (Product Manager) et Kei Masuda (Producteur)

 

C’est tout bonnement au sein même du Stade de France, que nous avons pu mettre la main sur la toute première version jouable du prochain jeu de simulation de football de la firme japonaise Konami. Rappelons que la date de sortie de PES 2018 est prévue pour le 14 septembre 2017.

Tout d’abord, il est à noter que le jeu était jouable sur PS4 Pro et sur PC, les 2 versions étant en 4K.

Tous les menus n’étaient pas disponibles, c’est donc sur des matchs amicaux en coop que nous avons pu nous faire nos premières impressions. Seulement 5 équipes sous licence étaient disponibles : Barcelone, Athletico Madrid, Dortmund, Liverpool et le Brésil.

LES PETITS DÉTAILS FONT LES GRANDS JEUX

Au niveau des menus, pas de grands bouleversements, ils restent assez sommaires comme sur les précédents opus. L’avantage ici, est que l’on ne perd pas ses repères, on connaît les codes et on s’y retrouve rapidement. Mais là où la première claque intervient, c’est sur les graphismes. Le jeu est beau, réaliste et on peut vous dire que Konami à fait attention aux détails. Les spectateurs ont été retravaillés, tout comme le staff (vous pourrez apercevoir le stadier sauter de joie avec la foule si l’équipe à domicile marque un but). L’ambiance et même l’éclairage des stades sous licences ont été recréés par les équipes du jeu. Allant sur place enregistrer l’ambiance, la sonorité des lieux et même les vestiaires des joueurs. Néanmoins, seuls Anfield et Signal Iduna Park ont eu droit à ce privilège, mais Adam Bhatti, nous a indiqué que d’autres suivront.

Les tatouages de certains joueurs ont été reproduits (Messi, Reus…) ainsi que le « shirt fitting » (la façon dont est porté le maillot d’un joueur) pour pousser le réalisme au maximum. Vous pourrez même demander à votre joueur d’ôter son maillot après un but (attention au carton jaune).

Sur les mimiques faciales des joueurs, là aussi nous sommes bluffés. Voir votre joueur se mordre la lèvre après avoir raté un tir ou encore se crisper de douleur sur un tacle rend l’immersion du jeu encore plus intense. Niveau photo-réalisme des visages, on atteint là des sommets. Certains joueurs (pas tous malheureusement) ont tout simplement l’air réels. Mention spécial pour Griezmann ou encore Mbappé.

Le jeu sera disponible en 4K sur Playstation 4 Pro et sur PC via Steam. Cependant la Xbox One Pro n’étant pas encore sortie, les développeurs n’ont pas souhaité s’attarder sur une version 4K pour Xbox one X (pour le moment, difficile de croire qu’ils feront l’impasse dessus). Il est à noter également que le jeu ne sortira pas sur Switch.

OK LE JEU EST BEAU, MAIS LE GAMEPLAY DANS TOUT CA ?

Sur certains aspects du jeu, le gameplay a lui aussi été repensé. Il vous faudra donc un petit temps d’adaptation pour vous habituer au nouveau système de passes, de protection de balles et de défense notamment.

Les passes sont moins assistées que dans les précédents opus. Le timing est important et la jauge de puissance est à maîtriser aux risques de voir votre ballon intercepté par l’adversaire. Mais la plus grande nouveauté du gameplay c’est la protection de balle. La pression de l’adversaire est omniprésente comme dans un vrai match, il vous faudra donc apprendre à gérer les duels en fonction du joueur que vous contrôlez. Mettre son corps en opposition, savoir quand sortir un dribble, faire un appel pour sortir le ballon proprement. De vrais plus qui rendent le jeu plus compliqué à prendre en main, mais une fois cela acquis, vous donnera bien plus de plaisir.

La vitesse du jeu se rapproche plus d’un vrai match et les tirs (qui étaient pour certains le point faible de PES 2017) sont dorénavant plus réalistes. Il ne suffit plus d’enrouler sa frappe pour assurer un but. Les gardiens ont un rôle plus important et leur IA est revue à la hausse. Ils seront capables de vous sortir des arrêts spectaculaires mais aussi, de prendre un but qui s’avérait pourtant facile à capter. Un choix assumé par les producteurs pour laisser le suspens au moment de la frappe. Ainsi, tous les tirs peuvent être dangereux, mais tous les tirs ne rentreront pas non plus !

Une autre modification notable du jeu est la possibilité de changer de caméra lors des phases de coups de pieds arrêtés. Vous pouvez ainsi appréhender cette phase de jeu sous différents angles afin d’avoir une vision plus globale de ce qui se passe sur le terrain et le positionnement des joueurs.

USAIN BOLT FOOTBALLEUR ! WTF ?

Vous le savez peut être déjà, mais l’homme le plus rapide du monde sera bel et bien jouable un dans PES 2018. Lors d’un entretien privé avec Adam Bhatti, ce dernier a confié que cela n’était en rien une opération marketing prévue d’avance par Konami. En fait, c’est tout simplement après un match de gala de foot à 5 en Angleterre, qu’Adam, au détour d’une conversation, s’est rendu compte que l’un de ses coéquipiers n’était autre que l’agent d’Usain Bolt. De cette conversation, autour d’une bière, ils trouvaient que cela serait génial si Usain Bolt était dans le jeu, lui qui rêve de devenir footballeur. De cette idée farfelue, est née une coopération inattendue et inédite, assurant un coup de projecteur à la fois sur PES ainsi que sur une face méconnue du grand champion Usain Bolt et ainsi réaliser son rêve !

Adam Bhatti a également indiqué qu’afin de ne pas trop altérer le côté simulation du jeu, Usain Bolt ne serait disponible que dans le mode MY CLUB et ce, seulement pour les joueurs ayant précommandé le jeu avant sa sortie et les acheteurs de la version boite « day one ».

Autre ambassadeur du jeu, Diego Maradonna est lui aussi signé pour représenter le PES 2018. Il était déjà présent dans l’opus précédent. Une façon de montrer une certaine stabilité dans leur relation (Surtout que Maradonna sera également présent dans la version de FIFA 18). D’autres joueurs devraient être signés d’ici la Gamescom de fin août. Adam Bhatti nous a d’ailleurs confié que le jeu y sera présenté dans une nouvelle version jouable et que beaucoup de nouvelles infos y seront dévoilées, notamment au sujet de licences et de nouvelles personnalités associées au jeu.

UN NOUVEAU MODE EN LIGNE ET UNE OPEN BETA POUR JUILLET

C’est pour nous LA grande nouveauté de ce PES 2018 : le mode en ligne 2vs2 et 3vs3 !

Qui n’a jamais passé une soirée avec un ami à enchaîner les matchs jusqu’au bout de la nuit pour savoir qui est le meilleur ? Et bien maintenant, en plus de vous affronter, vous avez la possibilité de faire équipe ensemble pour défier d’autres groupes d’amis à travers le monde. Cette innovation est vraiment un joli plus apporté par Konami qui à su écouter la demande de nombreux fans à travers les forums du jeu.

Tout est prévu pour que l’expérience soit belle : vous pouvez jouez en local à 2 ou 3, mais vous pouvez même jouer chacun depuis chez vous. Même sans amis connectés, si vous préférez jouer à plusieurs, vous pourrez trouver des joueurs avec qui faire équipe. Si lors du match en ligne, l’un des joueurs (de votre équipe ou de l’équipe adverse) se déconnecte, c’est l’IA qui prendra le relais pour finir le match. Autre petit plus de ce nouveau mode, un accès à des statistiques détaillées à la mi temps et en fin de match pour chacun des joueurs. Ainsi, chaque joueur pourra voir ses points faibles et ses points forts lors du match (nombre de passes réussies, tirs, tacles, pertes de balles…). Nul doute que ce nouveau mode de jeu sera l’un des plus populaire de cet opus.

Vous aurez l’occasion de tester ce nouveau mode gratuitement dès cet été. En effet, une open beta sera disponible sur le Playstation Store et le Xbox Live du 20 juillet au 31 juillet. Cette beta est la première de l’histoire d’un jeu PES, elle a pour but de tester la stabilité du jeu en ligne et notamment celui du 2vs2 et 3vs3.

Comme à son habitude, une démo sera disponible quelques semaines avant la sortie officielle du jeu le 14 septembre, qui comme l’année dernière, sortira 2 semaines plus tôt que son concurrent FIFA.

Une chose est donc certaine pour cette année, PES a fait un grand pas pour se rapprocher de son rival. Le gameplay, les graphismes et le nouveau mode en ligne sont au top. Mais même si Konami clame haut et fort que cette année, son jeu est meilleur que celui d’EA Sports, cela risque de ne pas être suffisant pour surpasser le géant américain qui peut compter sur ses nombreuses licences et un mode FUT rassemblant toujours autant de joueurs pour garder son avance. En tout cas pour ce millésime 2018, la confrontation PES vs FIFA risque d’être plus intéressante que jamais.