Une nouvelle année démarre et Kurokawa a déjà procédé à des choix importants concernant l’édition. Nous avons eu la chance de mettre la main sur une bonne panoplie de livres, l’occasion de vous révéler quels seraient les meilleurs choix pour 2017.

kenichi kurokawa

Ce premier choix, c’est le respect du public de la maison d’éditions pour les fans de Ken-Ichi. Alors que les ventes sont en dessous des attentes, Kurokawa a décidé de changer de format afin de pouvoir publier jusqu’au bout l’oeuvre de Shun Matsuena. Les lecteurs ne s’en plaindront pas puisqu’ils ont droit à deux tomes en un, deux fois plus de lecture pour une qualité de traduction intacte.

Kenichi – Saison 2 : les disciples de l’ombre – Tome 16

Plus de 360 pages réunies en un seul tome, cela fait son poids mais cela se ressent pas du tout sur le rythme de lecture. Que vous lisiez d’une traite ou pas, vous retrouverez encore et toujours la recette qui fonctionne pour Kenichi, à savoir de la baston, les promesses d’un combat dantesque, de l’humour, de la détente, des représentations sexy (toujours aussi peu habillés) et même des moments romantiques plutôt mignons.

Pour la baston, nous continuons l’affrontement qui avait commencé lors du tome 15, un duel de rapidité et de justesse technique entre Miu et la dernière recrue du clan Yomi. L’enjeu est le même, la préservation d’un CD-Rom qui contient des infos importantes. Très rapidement, la vérité sur cette histoire de données éclatera et ce, en même temps que de nouvelles confrontations.

Mais là où ce tome 16 prend de l’ampleur, c’est bien du côté scénaristique. Alors que je considérais le manga comme une simple succession d’oppositions depuis quelques temps, il gagne en matière dans ce double tome. Ainsi, l’accent est porté sur la séduisante Miu Furinji dont les origines sont enfin expliquées. De même, elle garde une place fondamentale dans cet arc par la maturité qu’elle acquiert, autant dans sa puissance et ses capacités, par la découverte de son identité mais aussi sa relation avec Kenichi. Ainsi, ce seizième tome est indispensable pour les lecteurs qui veulent comprendre la complexité du personnage.

Enfin, le retour d’Akira Hongô entraînera des affrontements de grande envergure et servira une intrigue maîtrisée avec brio par Shun Matsuena. Un troisième acteur fait même son apparition et risque de densifier les luttes entre différents clans, un grand dénouement en perspective.

Notre note : 8.5/10

A retrouver sur le site Kurokawa ici.

saintia sho kurokawa

Saint Seiya Saintia Shô – Tome 8

« Je vais devenir un nouveau Dieu ! »

C’est par cette phrase que Saga annonce la couleur dans les premières pages du tome 8 de Saintia Shô. Aucun cadeau ne sera fait à la garde d’Athéna dont l’énergie est en pente descendante. Les alliés des Saintia devront donc tenir tête en attendant que la solution vienne des représentantes de la déesse de la sagesse. Où en sont-elles ? Shôko espère encore et toujours éveiller l’âme de sa soeur Kyôko même si elle semble bien perdue pour de bon. Le symbolisme est toujours aussi présent dans l’oeuvre de Masami Kurumada et Chimaki Kuori, il se traduit par la représentation des personnages et des décors mais aussi par des phrases énoncées :

« Veux-tu vivre éternellement en tant que soeur d’Eris… avec moi dans l’Eden céleste ou veux-tu mourir en Saintia d’Athéna en t’opposant à mon combat ».

La dualité entre Eris et les soeurs va encore se traduire par la guerre des mots et la promesse d’une nouvelle rencontre durant laquelle le destin devra choisir un camp ou l’autre.

Enfin, les événements amèneront deux Saintia à se rendre sur le mont étoilé afin de chercher des renforts, une terre très redoutée par tous. Katya et Elda y trouvent d’ailleurs un accueil hostile mais n’en disons pas plus, les spoilers sont prohibés ici. Quoiqu’il en soit, nous ne pouvons que féliciter les auteurs pour les dessins sublimes et ancrés remarquablement dans l’univers Saint Seiya. La trame gagne encore en épaisseur grâce à l’avènement de personnages fondamentaux.

 Notre note : 8/10

A retrouver sur le site Kurokawa ici.

ultraman kurokawa

Ultraman – Tome 7

Ultraman nous avait laissé bouche-bée avec le dénouement du tome 6, un acte tout aussi violent qu’inattendu. Entre Moroboshi et Seito, le torchon a brûlé et les explications étaient nécessaires. Elles furent légères et pour cause, la menace est encore présente et il faut aller enquêter. Ultraman est envoyé sur le terrain et ça va défourailler !

Effectivement, un tueur à gages se montre prêt à tout pour venir à bout du héros et deux camps surpuissants vont donc s’affronter. Autant vous dire que vous en aurez pour votre plaisir. Le duel sera épique et occupe bien toute la deuxième moitié du tome 07 d’Ultraman. Flashbacks et multiples rebondissements seront au rendez-vous pour un épisode de très bonne facture.

On apprécie également tous les détails disséminés en fin de livre concernant les tueurs à gages qui ont pour mission d’éliminer Ultraman.

Notre avis : 7.5/10

A retrouver sur le site Kurokawa ici.

Arsène Lupin – Tome 5

A retrouver ici.

versus earth kurokawa

Versus Earth – Tome 7

C’est l’heure de la contre-attaque pour les Breakers et les Slayers. En effet, nous nous étions quittés avec un tome 6 durant lequel ils étaient malmenés, pire encore une escouade frôlait la mort au centre d’un four qui montait inexorablement en température. L’enjeu est donc de savoir s’ils se sortiront d’un tel pétrin et surtout comment…

D’un autre côté, Haruto se plait de moins en moins dans l’équipe où il est assigné, il veut simplement foncer dans le tas et ne semble pas enclin à obéir aux ordres… Comme vous le verrez, cela impactera sur les événements. D’ailleurs son moral et sa combativité seront soumis à rude épreuve. En effet, un ennemi puissant fait face aux Breakers et aux Slayers et chacun devra apporter sa pierre à l’édifice pour tenter de s’en débarrasser. Et si c’était le moment choisi par Haruto pour éveiller toutes ses capacités ? On l’espère ! Ce qui est certain, c’est que le tome 8 risque d’être exceptionnel !

Notre note : 7.5/10

A retrouver sur le site Kurokawa ici.

Akame ga kill kurokawa

Red Eyes Sword – Akame Ga Kill Zero – Tome 3

Un petit rappel pour les fans de la série Akame Ga Kill qui n’auraient pas suivi l’actualité de l’oeuvre dessinée par Tetsuya Tashiro et écrite par Takahiro. Ce dernier a eu l’excellente idée de mettre vie à un spin-off du manga dans le but de nous raconter les origines d’Akame au sein du célèbre groupe d’assassins avant qu’elle ne rejoigne les révolutionnaires du Night Raid, ainsi est née la préquelle : Red Eyes Sword Zero.

Soren nous avait fait une petite critique du tome 2 (disponible ici) et nous confiait l’opposition entre deux camps dont la narration ne tombait pas dans le piège du manichéisme. Pour ce troisième tome d’Akame Ga Kill Zero, c’est assez différent. Le groupe d’assassins se voit confié pour mission de se rendre sur les terres de Putra au sein desquelles un tombeau regorge de richesses. Le revers de la médaille, c’est la présence de gardiens aux techniques meurtrières à l’intérieur de l’édifice.

Clairement, dans ce tome 3, les gardiens du tombeau endossent avec joie le costume des vilains. Assassins sans pitié, violeurs et j’en passe, ce qui les caractérise ne leur promet pas une place au paradis. Il ne s’agit pas d’un Fairy Tail, attendez-vous à des victimes dans chaque camp et à aucun retournement de veste au niveau de la cruauté de chacun des protagonistes.

Par ailleurs, l’auteur ne se refuse aucune représentation, que ce soit pour les actes d’assassinat ou pour illustrer des corps dénudés et soumis à la soif sexuel de certains hommes. On tombe parfois dans le cliché avec l’emploi de tentacules qui enroulent les corps asservis mais c’est rattrapé par des séquences de combat captivantes. Nous avons même droit à un combat final de toute beauté et une apparition surprise. Un indispensable pour tous les fans de la série.

Notre note : 8/10

A retrouver sur le site Kurokawa ici.

Real Account – Tome 2

A retrouver ici.

kurokawa je t'aime suzuki !!

Je t’aime Suzuki !! – Tome 18 (fin de série)

Les fans de Shōjo en ont fait une référence en la matière mais ils devront bien s’en passer puisque Je t’aime Suzuki met un terme à son histoire avec ce tome 18. Ikeyamada Go se livre au jeu des confessions avec de nombreuses anecdotes et une bonne nouvelle. Certes elle tourne une page mais elle en rouvre une autre avec un manga qui est déjà publié au Japon.

Pour le dernier tome de Je t’aime Suzuki, nous avons droit à une grosse dose de contenu avec un one-shot que la mangaka a dessiné il y a cinq ans, puis un chapitre bonus pour Chisa et Leo. Toutes les conditions sont donc réunies pour que les fans de la série en aient pour leur argent et surtout leur amour d’un manga qui se termine en apothéose.

Tout d’abord, Shinobu et Chihiro se réunissent enfin pour concrétiser leur amour. Appréhension, maladresse et peur les bloqueront mais les deux jeunes amoureux surpasseront leurs craintes pour vivre un grand moment d’émotion, de quoi émouvoir toutes les lectrices. Certaines séquences seront intenses et habitées d’une telle dramaturgie que vous devriez passer par tous les états.

Un happy end bien maîtrisé pour Je t’aime Suzuki !!

Notre note : 9/10

A retrouver sur le site Kurokawa ici.