Red Eyes Sword – Akame Ga Kill Zero : un tome 2 qui découpe

Après le succès de la publication française d’Akame Ga Kill! sous le nom occidental de Red Eyes Sword, Kurokawa continue sur sa lancée avec le spin-off centré sur le passé d’Akame.

Akame ga kill

Akame Ga Kill!, pour ceux du fond qui n’auraient pas suivi l’actu manga de ces dernières années, c’est ce shônen qui aurait pu être écrit par George R.R. Martin, tant l’oeuvre prend un malin plaisir à envoyer ses personnages principaux au casse-pipe.

Le spin-off, sobrement intitulé Akame Ga Kill! Zero (ou Red Eyes Sword Zero, au choix), nous narre les origines d’Akame au sein du groupe d’assassins oeuvrant pour le pouvoir impérial, durant la période où notre épéiste n’avait pas encore rejoint le groupe révolutionnaire Night Raid.

Après un tome 1 qui nous a déroulé la situation sous forme d’introduction, le tome 2 poursuit la trame narrative en s’intéressant aux assassins employés pour mettre un terme à l’avancée du groupe d’Akame. Fidèle à l’oeuvre originale, Akame Ga Kill! Zero nous oppose ici deux groupes de tueurs professionnels sans tomber dans le piège du manichéisme, délaissant la trop traditionnelle opposition entre le bien et le mal pour faire s’affronter des personnes sommes toutes ordinaires derrières leurs compétences mortelles. L’humain est ainsi au premier plan, Takahiro continuant de mettre en avant les relations entre les personnages, ainsi que leurs forces et leurs faiblesses de simples mortels.

akame-ga-kill-zero-3Dans ce tome 2, aucun gentil ni méchant, donc, juste des idéologies opposées adoptées par des personnages qui auraient pourtant eu tout pour devenir proches hors-temps de guerre, preuve en est avec la scène du bain que le tome 2 nous présente avant de déclencher l’un des combats principaux de ce volume. Et même si on pourra critiquer le manque d’épaisseur narrative de ces contacts humains, l’histoire est ici suffisamment bien mise en scène pour que le lecteur ressente toute la vacuité de ce conflit menant à d’aveugles et funestes affrontements.

On regrettera cependant le manque de charisme de certains personnages, gâchant un peu la mort de ceux-ci, alors que l’oeuvre originale excellait dans l’art de provoquer la frustration par le biais de l’étripage soudain d’un personnage apprécié. Toutefois, l’âme du manga de base étant respectée, on suit avec plaisir ce spin-off centré sur Akame qui a l’intelligence de développer la progression de sa protagoniste tout en laissant de la place aux autres acteurs de son histoire.

Akame ga Kill
Bilan :
Akame ga Kill! Zero est un bon spin-off que l’on recommande chaudement aux fans de l’oeuvre originale. Takahiro, le scénariste, conserve l’âme de la saga. Son acolyte dessinateur, Kei Toru, réussit également à emboîter le pas à Tetsuya Tashiro en fournissant un dessin de bonne qualité dont le trait respecte celui de la série principale. Akame Ga Kill! Zero est une solide pierre de plus à l’édifice construit par cet excellent manga.

Partager: