Dragon Quest Heroes 2 débarque en Occident ce 28 avril 2017, près d’un an après sa sortie au Japon. Une nouvelle production japonaise qui devrait ravir les fans de la licence Dragon Quest et de sa série qui mélange les genres. Nous sommes conscients que vous êtes nombreux à l’attendre, voici notre test du jeu édité par Square Enix.

dragon quest heroes 2

Notre test a été effectué à partir d’une version PS4 offerte par l’éditeur. Dragon Quest Heroes II sera disponible le 28 avril prochain contre 60 euros environ sur le PS Store, le 25 avril sur Steam pour le même prix.

Une preview avait été réalisée et reste disponible à cette page.

Un Dragon Quest comme on les aime !

Dragon Quest Heroes 2 se rapproche de son prédécesseur sur bien des points et cela, vous le remarquerez dès l’entame du jeu. Ainsi, Square Enix nous laisse le choix de personnage entre un homme et une femme et ce choix est déterminant car vous ne pourrez jamais vous séparer de celle/celui que vous avez décidé d’incarner. Par contre, vous pourrez jouer tout de même avec les deux les heures qui suivent votre choix. Par la suite, c’est amené à changer mais nous en reparlerons plus tard.

De même, les développeurs ont gardé une enveloppe musicale envoûtante, celle qui nous tient au chaud avec des mélodies qu’on reconnaîtrait parmi mille autres. Elles font toujours autant effet et participent à l’immersion dans le jeu, comme si elle traçait notre périple et notre envie de le poursuivre.

Ce que les fans apprécieront à nouveau, c’est qu’il n’existe pas ce manichéisme entre des êtres humains gentils qui combattent les méchants monstres dont la colère a été amplifiée par un vilain. Le conflit est mis en place entre différents royaumes dont les liens se compliquent à cause des événements étranges et il vous faudra démêler les noeuds de l’intrigue. Cela vous amènera donc souvent à vous rendre dans différentes contrées qui se caractérisent parfois par leurs propres climats et leurs propres environnements. Ce qui nous amène à nous concentrer sur un domaine qui a réalisé d’énormes progrès dans Dragon Quest Heroes 2, l’exploration.

Dragon Quest Heroes 2

Retour aux sources

Dragon Quest Heroes 2 mélange les genres et emprunte beaucoup au genre beat’em all, un genre qui montre parfois des limites. Effectivement, si vous avez en tête des titres comme Dynasty Warriors, vous vous souviendrez aisément que les champs de bataille n’étaient pas si vastes, qu’ils ne laissaient que peu de place à l’exploration puisque nous étions dès de départ assignés à un objectif, que les cartes se ressemblaient toutes et qu’il était animé d’une redondance incontestable. Ici, le jeu laisse clairement place à l’exploration et varie ainsi ses mécaniques, s’écartant d’une quelconque routine… même s’il conserve un côté répétitif inhérent au genre. Ainsi, c’est un réel plaisir de parcourir les différentes prairies avec une (presque) totale liberté de mouvement. D’ailleurs, cela profite au rythme du jeu dont les séquences gagnent en diversité. Il n’est plus question d’enchaîner les batailles dans lesquelles nous nous ruons sur les ennemis dans des environnements dits « couloirs ».

Aux cinématiques et conversations entre les différents protagonistes se succèdent quelques phases d’exploration puis grands champs de bataille. Cela rapproche ainsi ce spin-off de la licence principale puisque vous trouverez des ennemis sur votre route lorsque vous découvrirez les différents environnements. Tout comme le dernier Dragon Quest VIII, les monstres ne sont pas invisibles, ils apparaîtront bien tous à l’écran et il sera possible de les esquiver ou au contraire, d’enclencher quelques coups d’épée pour aiguiser sa lame ou farmer tout simplement.

De même, vous serez bien avisés de sauver quelques villageois des griffes de l’ennemi, des PNJ qui n’apportent pas souvent de l’épaisseur au scénario mais de l’expérience. Au contraire, d’autres personnages non-jouables permettront de progresser et scénarisent la quête principale en monnayant des accès contre quelques missions. Côté monstre, Square Enix a placé des énergumènes plus puissants dans certains recoins de la carte, un signal vous avertissant de leur présence. Une fois trouvée, vous passez en mode arène avec un espace plus restreint pour venir à bout de l’ennemi, des minis-boss en soi.

Dragon Quest Heroes 2

Plus créatif, peu ennuyeux !

Dragon Quest Heroes 2 s’inscrit dans la lignée du premier mais en repousse clairement les limites. En terme de level design, de réels progrès ont été réalisés, ce qui participe également aux agréables sensations apportées lors de la découverte de l’environnement mais aussi des niveaux labyrinthiques. Par exemple, nous avons été amenés au bout de quelques heures de jeu à visiter un décor pyramidal dans lequel il était primordial d’accéder au téléporteur adéquat pour progresser, faute de quoi, nous revenions à la case départ. Autant vous dire qu’il nous est arrivé de nous tromper à de multiples reprises, nous obligeant à nettoyer la zone et tester tous les portails afin d’arriver à notre objectif. Ainsi, nous ne nous retrouvons pas coincé dans une monotonie dans laquelle un concept et des mécaniques de jeu s’effritent à cause du manque d’imagination des créateurs. Dans Dragon Quest Heroes 2, nos sessions de jeu diffèrent au fur et à mesure que l’histoire avance et c’est un point positif qu’il est nécessaire de souligner.

De ce fait, entre la variété des quêtes et le design plus élaboré des niveaux, il était peu probable que les mécaniques de jeu commencent à nous ennuyer avec ce second opus qui ne change pas une recette qui a fonctionné avec le premier. Il reprend les bons côtés du hack ‘n’ slash et du JRPG et les sert à la sauce Dragon Quest. Par conséquent, Square Enix réitère une formule qui fait encore ses preuves.

dragon quest heroes 2

Monstres et humains, unis dans la chair !

Les mécaniques de combat de Dragon Quest Heroes 2 s’appuient en grande partie sur celles du premier. Les mouvements sont fluides, vous bénéficiez de deux types d’attaque entre la touche Carré et Triangle, un mode Musou-like avec la touche Cercle qui vous permet d’être pratiquement invincible. Ce n’est pas tout, vous profitez de quatre attaques supplémentaires que vous déterminerez dans les règles de l’art JRPG made in Dragon Quest. En effet, vous disposez d’un arbre de compétences dont les capacités seront débloquées à la force des montées de niveaux et selon vos choix. Booster votre défense ou votre attaque, apprendre une nouvelle capacité, allonger votre durée de mode Musou, à vous de voir. L’interface est très claire de ce côté et vous permet d’accorder à chaque personnage les caractéristiques que vous désirez.

De cette manière, la série Dragon Quest Heroes se démarque de nombreux jeux du genre. Vous devez gérer les arbres de compétences et les techniques de chaque personnage qui rejoint votre équipe. Vous pouvez changer d’équipe avant chaque mission en retournant à Accordia et équilibrer votre team en embarquant avec un personnage spécialisé dans l’attaque lourde, un autre avec de la magie régénératrice… Vous avez une multitude de possibilités et vous êtes en mesure d’expérimenter le pattern de tous vos personnages car ils sont tous jouables en mission. Avec une simple pression de la gâchette, vous alternez entre un personnage et un autre dans votre équipe de quatre combattants. Ainsi, vous ne serez nullement en mesure de vous ennuyer et d’entrer dans une certaine monotonie car si jamais vous commencez à trouver des mécaniques de combat répétitives, vous pouvez choisir d’autres guerriers pour chaque bataille. C’est d’autant plus vrai qu’Omega Force a inséré de nouvelles paires de personnages dans le fil scénaristique, vous invitant à tester toutes les possibilités.

Encore une fois, les personnages humains ne seront pas les seuls à combattre de votre côté. En effet, vous bénéficiez d’un système de jeu qui vous permet d’accueillir les monstres que vous avez vaincus sous formes de pièces. Ainsi, vous devez en gérer l’inventaire car plus le monstre est puissant, plus il occupe de la place. Les animations diffèrent selon les bêtes et il arrive même que vous incarniez un monstre via ce système. Cela permettra de vaincre les ennemis les plus puissants avec un pattern à trois options, trois attaques qui varient autant dans leurs formes que dans leur efficacité.

De ce fait, les différentes possibilités en terme d’équipement (toujours à améliorer chez le marchand etc.), d’alliés, de bonus et de compétences apportent une dimension stratégique importante dans Dragon Quest Heroes 2. On regrettera parfois l’intelligence de l’IA et l’automatisation de certaines attaques alliées et ennemies mais il est difficile de ne pas apprécier l’expérience proposée dans ce domaine. Il faudra une trentaine d’heures pour compléter l’histoire principale du jeu, bien plus si le joueur se concentre sur toutes les quêtes disponibles. La durée de vie est encore allongée par le mode coopération qui permet aux joueurs de se replonger dans un niveau qu’ils ont déjà terminé ou de se lancer dans des donjons inter-dimensionnels dont les récompenses ne seront pas à négliger.

Au final, Dragon Quest Heroes 2 promet de longues et passionnantes sessions de jeu aux fans de la série. Son plus grand mérite restera de ne pas tomber dans le piège de la monotonie, nous offrant une histoire habilement rythmée entre séquences d’exploration dignes des meilleurs Dragon Quest et grands champs de bataille qui n’ont rien à envier aux beat’em all. Une nouvelle fois, Square Enix propose une délicieuse recette entre ses mécaniques RPG et ses composants hack ‘n’ slash, le tout transcendé par des mélodies en toute harmonie avec un univers toujours aussi bien dessiné par Akira Toriyama. Un incontournable pour tous les fans de la série.