Halo Wars 2 revient parmi les vivants après 8 années de stase ! Il faut bien dire que l’on croyait le projet d’une suite, à ce spin off de la grande franchise Halo, définitivement mort et enterré.

Retour en 2009, Halo est LA grande franchise de Microsoft et porte-étendard de sa console de salon, la Xbox 360. Halo 3, sorti deux ans plus tôt, est un succès mondial et Bungie s’apprête à sortir l’extension ODST à la fin de cette année 2009. Désireux d’étendre l’univers de sa franchise mais aussi de l’imposer dans un autre style de jeu, Halo Wars sort donc en Février 2009, tout en s’imbriquant parfaitement dans un début d’univers étendu, comblant les fans et se constituant une fan base malgré de nombreux défauts.

Un réveil avec la gueule de bois

Tout comme la licence Halo Wars, le Spirit of Fire (vaisseau spatial de l’UNSC) sort de stase (hyper sommeil), après une longue dérive dans l’espace de 28 années, soit de la fin des événements d’Halo Wars à l’après Halo 3 ! Notre pauvre Capitaine Cutter, les Spartans de la Red Team et les petits soldats de bases se réveillent donc sans avoir aucune idée de la tournure qu’ont pris les événements et de la débâcle que s’est prise l’Alliance Covenante. Sans parler du Major, du Flood et des Forerunners !

Après avoir repris leurs esprits et toujours sans aucun contact avec leurs semblables, ils se retrouvent nez à nez avec une construction Forerunner, une « Arche ». Ne sachant pas à quoi ils avaient affaire, les membres du Spirit of Fire, commandés par le Capitaine Cutter, décident d’envoyer les Spartans de la Red Team en reconnaissance sur l’Arche. Bien mal leur en a pris ! En effet, ils tombent sur Atriox, le grand méchant de cette nouvelle histoire. Véritable force de la nature et surtout Chef des forces des Parias, sortes de grands gorilles autre fois asservis par l’Alliance Covenantes et utilisés comme chair à canon lors des batailles. Atriox mena la rébellion contre l’Alliance, libéra son peuple et finit par devenir la deuxième épine dans le pied des Covenantes après Master Chief !

Mais revenons à nos moutons, cette première rencontre entre la Red Team et Atriox est une véritable déculottée, les Spartans se font littéralement éclater et réussissent tant bien que mal à retourner sur le Spirit of Fire. Il va falloir organiser la résistance…

Si la Red Team et le Spirit of Fire, après leur phase de cryo sont encore groggy, vous, vous êtes mis d’emblée dans l’ambiance et ce, notamment par le rythme effréné des missions. Les équipes de Creative Assembly ont réussi à insuffler une vraie dynamique dans le déroulement de la campagne solo. Chose assez complexe de par le type même du jeu, le RTS (Real Time Strategie – Stratégie en Remps Réel). En effet, il a toujours été difficile de faire cohabiter une narration et un rythme soutenu dans ce genre de jeu, même si d’anciennes franchises comme Command & Conquer ou encore Commando avaient comme ici, réussi à conjuguer les deux.

Les 9 heures (environ) de jeu que compte la campagne solo, s’articules autour de 12 missions variées (hors DLC) allant du sauvetage, au contrôle de zone en passant par la destruction de bases ennemis, essayant toujours de casser au maximum le côté ranplanplan des RTS avec l’habituel farm de ressources et construction/évolution des bases.

Revu et corrigé

Passer de la Xbox 360 à la Xbox One et au PC sous-entend bien évidement un bond technique, graphique et même si Halo Wars premier du nom n’avait pas à rougir à l’époque, il faut avouer que le travail réalisé ici est de toute beauté. Les différents environnements de l’Arche Forunner sont scrupuleusement fidèles à l’univers Halo et raviveront les souvenirs de fans de la première heure. Les unités de combat, qu’elles soient humaines ou Covenantes, font également preuve d’une modélisation soignée et fidèles à l’univers.

Les voir ainsi déambuler et se bastonner sur le terrain dans des gerbes de feu, de laser multicolore est un véritable spectacle pyrotechnique et nous rappellerait presque le replay d’une partie d’Halo en vue du dessus ! Très bien réalisé et fourmillant de  détails voire parfois peut être trop. En effet, au fur et à mesure de votre progression dans l’aventure, le nombre d’unité à l’écran va grimper et que ce soit sur PC ou console, cela occasionne quelques ralentissements, rien de bien méchant mais gênant. Tout comme les temps de chargement sur console, qui peuvent paraître interminables (de quoi aller vous faire un café ou tendre votre dernière machine à laver).

Coté gameplay, les équipes de Creative Assembly ont corrigé les erreurs du passé et il
est maintenant beaucoup plus aisé de naviguer sur la map, de commander ses unités et de donner les ordres à la manette. Néanmoins, si vous êtes sur PC, le combo clavier/souris reste tout de même le plus simple et plus intuitif. A contre-courant complet avec la franchise Halo, ce Halo Wars 2 est tout sauf bourrin. Oui c’est un RTS, un vrai.

Inutile donc de foncer tête baissée avec vos unités contre vos ennemis sous peine de vous prendre une déculottée digne de la Red Team au début de l’aventure. Il vous
faudra faire preuve de réflexion et d’organisation. Si vous n’êtes pas familier avec ce type de jeu, nous ne pouvons que vous
conseiller de ne pas sauter le tutoriel
, celui-ci vous permettra de vous familiariser avec les principes de bases du jeu, les différentes commandes, unités de combat. En effet, comme indiqué précédemment, vous devrez gérer vos ressources et bien manager votre base. Celle-ci est régie par deux types de ressources, les « matériaux » et « l’énergie ». Chacune de ces deux ressources peuvent être obtenues soit en construisant dans votre base une aile dédiée à la production de ces ressources ou sur la carte sous forme de caisse pour les matériaux et via des structures Forerunner pour l’énergie, qu’il vous faudra capturer et défendre. Le contrôle et le management de ces ressources vous permettront d’upgrader votre base et de ce fait améliorer vos unités.

Votre management main de fer dans un gant de velours devra également être appliqué à vos unités, car bien qu’elles soient de la véritable chair à canon, leur management strict sera la base de votre réussite. A la manière du chifoumi, suivant leurs natures, vos unités sont tour à tour fortes et faibles face aux unités ennemis (fantassins forts
contre les véhicules aériens mais faibles contre les véhicules terrestres…
), à vous donc d’envoyer les bons combattants contre les bons ennemis sous peine de vous faire littéralement éclater.

Guerre éclair contre Guerre de tranchée

Si vous avez bien bossé vos cours d’Histoire, cette phrase a dû faire tilter dans votre tête ! Ici, Creative Assembly prend le parti pris de proposer et d’opposer deux styles de mode multijoueur. Un plus classique en 1v1 / 2v2 / 3v3 dans lequel le management des ressources et de vos unités devront être encore plus poussé qu’en solo, induisant un temps jeu conséquent (minimum 30 minutes), sans oublier un accord parfait avec vos coéquipiers. Sous peine de faire basculer le match en votre défaveur, après un envoi de troupes trop tardif, trop tôt ou tout simplement les mauvaises unités ! Le deuxième mode nommé Blitz se veut beaucoup plus rapide, vous commencez déjà affublé d’unités et sans base. Vous scavengez vos ressources sur la map et un astucieux système de deck de cartes vous permet d’invoquer vos unités et d’aller damer le pion de votre concurrent. Nettement plus nerveux et plus rapide (compter une petite dizaine de minute) que le mode classique, Blitz promeut la Guerre Éclair.

Conclusion

Au final, ce Halo Wars 2 est une vraie bonne surprise. Parfaitement imbriqué dans l’univers étendu Halo, on y retrouve avec plaisir le Spirit of Fire et la Red Team abandonnés à leur sort 28 ans plus tôt. Creative Assembly a vraiment bien bossé, les défauts du premier opus ont été corrigés et même si il n’est pas toujours aisé de se déplacer ou de gérer la multitude de combinaisons de touches à la manette, c’est nettement mieux qu’avec le premier opus. Ils ont également réussi à insuffler une vraie dynamique, un rythme soutenu et cassé le monotonie que l’on retrouve habituellement dans les RTS. Le mode multijoueur Blitz, amène lui aussi un vent de fraîcheur dans le genre en dynamisant les parties, occultant la partie farm de ressources et amélioration de base en se concentrant sur la baston pure et dure. Affublé de somptueuses cinématiques à nous faire regretter de ne toujours pas avoir un film Halo digne de ce nom, la partie in-game n’est pas en restes non plus de ce côté là. Que ce soit les lieux ou les unités, leurs modélisation est soignée, fidèle à l’univers Halo quoi de plus pour ravir les fans ? Peut-être un petit grain de folie, d’audace supplémentaire qui aurait fait d’Halo Wars 2 le maître des RTS moderne.

Néanmoins, Halo Wars 2 fait partie des « must have » de ce début d’année, que vous soyez fan de la saga, des RTS ou tout simplement novice !

Halo Wars 2 est disponible sur Xbox One et PC