Lorsque nous avons découvert Black Clover en septembre dernier chez Kazé, nous étions frappés par les influences toutes assumées dans son écriture et le design de ses personnages. Cependant, Yuki Tabata parvient tout de même à tirer son épingle du jeu et lègue à son oeuvre un potentiel immense et multiples possibilités pour étendre son univers. On se demande même si Black Clover ne rencontrera pas le même succès que Naruto et One Piece tant la progression de sa trame tend à se densifier. Retour sur une série qui pourrait s’ancrer dans le paysage culturel des mangas pour une belle décennie.

black clover kazé

Black Clover met au centre de son intrigue la rivalité entre Yuno et Asta, tous les deux animés par le désir de devenir Empereur-Mage du royaume. Leur relation n’est pas sans rappeler celle qu’entretiennent Naruto et Sasuke dans l’oeuvre très célèbre de Masashi Kishimoto. Les deux se tirent vers le haut, souhaitent impressionner leur alter ego et éveillent souvent leurs capacités dos au mur. Puis, Asta s’apparente également à Naruto en ce qui concerne sa maladresse, son manque de talent de base mais surtout sa persévérance, son grand coeur et sa volonté de tout faire pour arriver à ses fins. Tout comme Sasuke, Yuno est le petit génie du village, celui qui possède les compétences les plus affirmées mais également une fierté qui le regonflera d’énergie lorsque le petit Asta prendra les choses à son compte. Il ne veut pas se faire distancer… Bref, Yuki Tabata a clairement puisé de ce ôté là pour dessiner le caractère et l’alchimie entre les deux personnages principaux.

Néanmoins, les trajectoires de ces deux personnages vont d’abord s’éloigner. A l’issu de l’examen d’entrée pour une Compagnie de Magiciens, chacun rejoindra la sienne et s’entraînera de son côté. D’ailleurs, cet examen d’entrée est vite bâclé, pas de duels jusqu’à la mort comme dans Naruto ni d’affrontements mémorables, ce qui est peut-être dommage. Cela dit, les deux héros bénéficient d’autres occasions pour faire leurs preuves. En effet, à l’instar d’un Fairy Tail (prochain film teasé ici), chaque guilde reçoit des ordres de mission, ce qui leur fait découvrir le monde et combattre des ennemis redoutables.

Et les missions, elles sont parfaitement mises en scène, les rebondissement maîtrisés, l’histoire simplement captivante. Le background demeure solide et l’intrigue commence tout juste à s’ancrer profondément dans le tome 4. Le chara-design des personnages est, par ailleurs, d’une très grande qualité de dessin et chaque protagoniste semble très bien travaillé.

black cloverNous ne serions pas étonnés si des épisodes – ou simplement des tomes spéciaux – se plaçaient en hors-série pour narrer les aventures de certains personnages de guildes, des événements du passé, à condition que cela ne dure pas éternellement (suivez mon regard…).

Bref, nous ne pouvons que vous conseiller la lecture de Black Clover, c’est personnellement mon coup de coeur de ces derniers mois. Je regarde attentivement chaque semaine si un nouveau tome est disponible en librairie et je compte bien suivre les aventures de Yuno et Asta jusqu’à leur terme. Et très bonne nouvelle pour les fans de l’animation, le dessin animé japonais est en cours de production comme cela a été annoncé lors du Jump Festa 2017.

A suivre chez Kazé qui publiera le tome 5 le 22 mars prochain. Au Japon, ils en sont déjà à 9 tomes.